• Accueil
  • > Recherche : texte paix dieu

Résultats de votre recherche

Louis VI attaque les châteaux de Gournay et Sainte-Sévère (1107-1108)

Posté par sourcesmedievales le 23 novembre 2008

concile.jpg« Or donc le comte Gui de Rochefort, dont il a été parlé plus haut, voyant, par la machination de ses rivaux attaqué pour consanguinité, puis rompu, en présence du seigneur pape (1), le mariage qui avait été contracté entre le seigneur désigné et sa fille, en conçut un vif ressentiment. « Il entretint cette mince étincelle pour en faire des feux mouvants (2) ».

Le seigneur désigné n’en montrait pas pour cela moins de bienveillance à son égard, quand, tout à coup, les Garlande, se mêlant à l’affaire, brisèrent les liens de l’amitié, défirent l’alliance, grossirent les rancunes. Là-dessus le seigneur désigné eut par hasard une occasion de guerroyer (3) : Hugues de Pomponne, vaillant chevalier, châtelain de Gournay, château situé sur les bords de la Marne, s’était saisi à l’improviste sur une route royale de chevaux appartenant à des marchands et les avait amenés à Gournay (4). Cette outrageante présomption mit Louis comme hors de lui. Il assemble un ost, met le siège devant le château, brusquement, afin de priver les assiégés de provisions de bouche, et, très vite, il ferme le cercle d’investissement (5).

Lire la suite… »

Publié dans Occident XIIe s. | Pas de Commentaires »

Un conflit dans un village provençal, Noves (1305)

Posté par sourcesmedievales le 20 juillet 2008

xive.jpgDocument proposé par Clément Lenoble (ater, université du Maine)

« Au nom du Seigneur amen. L’an de l’lncarnation 1305 et le 23e jour de juillet, suite à des rumeurs et à des insinuations bruyantes, il a été porté à la connaissance de la cour et de l’entourage du révérend père dans le Christ, le seigneur Bertrand évêque par la grâce de Dieu, que noble homme Raymond des Baux, seigneur du village de Courthézon au diocèse d’Avignon, au mépris des canons et au détriment de la liberté ecclésiastique, animé de mauvaises intentions, avec une audace sacrilège, en compagnie de Giraud de Combis, de Guillaume et Hugues de Carsano et de plusieurs autres compagnons ou complices, aussi bien des clercs que des laics, contrevenant ouvertement aux statuts de paix, s’étant approché aventureusement, en armes, et ayant rassemblé une troupe hostile et belliqueuse, sans aucun défi et sans motif raisonnable, le 20 du présent mois de juillet, a attaqué le village de Noves, appartenant audit seigneur évêque, est entré avec effraction dans la maison de la claverie dudit village et là, saisissant Guillaume Raymond, clerc, détenu par la cour dudit seigneur évêque, couché nu dans son lit, il le blessa grièvement, et ses complices firent de même sur son ordre, de telle sorte que ce Guillaume Raymond mourut de la suite de ses blessures et égorgé et inutilement mutilé. Et après sa mort, ledit Raymond des Baux et ses complices lui tranchèrent la langue au fond de la gorge avec une epée et l’emportèrent avec eux au mépris de la cour du seigneur évêque, puis ils emmenèrent Rostang Scot, clerc dudit Guillaume Raymond, à ladite maison de la claverie, et le blessèrent cruellement et grièvement en diverses parties de son corps, le laissant plus mort que vivant. En raison de ces faits, il n’y a pas de doute que Raymond des Baux et ses complices, consorts et compagnons, au-delà des peines prévues aux lois et aux canons, ont encouru la sentence d’excommunication applicable selon les statuts du concile provincial, à ceux qui contreviennent aux droits des ecclésiastiques, et s’ils ne se rachètent pas dans les trois jours, au lieu où ils se trouvent, ils seront soumis à l’interdit ecclésiastique.
Lire la suite… »

Publié dans Occident XIVe s. | Pas de Commentaires »

123
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*