• Accueil
  • > Recherche : texte moyen age

Résultats de votre recherche

Louis VI attaque les châteaux de Gournay et Sainte-Sévère (1107-1108)

Posté par sourcesmedievales le 23 novembre 2008

concile.jpg« Or donc le comte Gui de Rochefort, dont il a été parlé plus haut, voyant, par la machination de ses rivaux attaqué pour consanguinité, puis rompu, en présence du seigneur pape (1), le mariage qui avait été contracté entre le seigneur désigné et sa fille, en conçut un vif ressentiment. « Il entretint cette mince étincelle pour en faire des feux mouvants (2) ».

Le seigneur désigné n’en montrait pas pour cela moins de bienveillance à son égard, quand, tout à coup, les Garlande, se mêlant à l’affaire, brisèrent les liens de l’amitié, défirent l’alliance, grossirent les rancunes. Là-dessus le seigneur désigné eut par hasard une occasion de guerroyer (3) : Hugues de Pomponne, vaillant chevalier, châtelain de Gournay, château situé sur les bords de la Marne, s’était saisi à l’improviste sur une route royale de chevaux appartenant à des marchands et les avait amenés à Gournay (4). Cette outrageante présomption mit Louis comme hors de lui. Il assemble un ost, met le siège devant le château, brusquement, afin de priver les assiégés de provisions de bouche, et, très vite, il ferme le cercle d’investissement (5).

Lire la suite… »

Publié dans Occident XIIe s. | Pas de Commentaires »

Comment Robert devint Guiscard (ca 1048-1050)

Posté par sourcesmedievales le 11 octobre 2008

xie.jpg« Comment le Guiscard s’empara de Pierre de Tira, habitant de Bisignano, je ne dois pas le passer sous silence. Ce Pierre, citoyen de Bisignano, était très riche. Il l’emportait largement sur les autres par son conseil et par son courage, et il commandait à tous. Robert Guiscard et lui avaient coutume de se rencontrer souvent, comme à une cour de justice, au sujet des nombreux différends qui surgissaient entre leurs hommes. Guiscard le savait très riche d’argent et à la tête des hommes du castrum de Bisignano. Il se mit à calculer en esprit le moyen de s’emparer du castrum et de s’approprier l’argent que Pierre détenait. Il rumina longtemps la chose en lui-même et, finalement, il prit conseil des siens. Un jour, sans qu’aucun pacte ne fût intervenu entre eux, ils se rencontrèrent hors du castrum de Bisignano, dans la plaine où ils avaient coutume de s’entretenir. Le Guiscard, voyant la grande foule qui s’approchait avec Pierre dépêcha un émissaire et fit dire qu’il ne voulait pas étre mêlé à cette foule, de crainte de voir une rixe éclater avec eux au moindre prétexte. Une fois leurs compagnons respectifs retirés de chaque côté, eux deux se rencontreraient seuls, au milieu. Il avait toutefois mis les siens au courant de ce qu’il comptait faire, afin qu’ils lui portent rapidement secours en cas de nécessité. Pierre donna son accord aux propositions du Guiscard, mais il fut trop peu prévoyant pour lui-même. Il écarta au loin ses compagnons et lui-même se hâta d’aller au milieu du terrain, à la rencontre du Guiscard. Ils se plongèrent dans de longues discussions et palabres et, au moment de se lever pour partir, le Guiscard examina la grande taille et le poids de Pierre – il était particulièrement audacieux en tout, et il tentait des exploits d’une extrême audace. Il saisit Pierre par le milieu du corps, il fit ployer son cou et il entreprit de le traîner vers les siens.
Lire la suite… »

Publié dans Occident XIe s. | Pas de Commentaires »

12345...9
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*