Résultats de votre recherche

La retractatio du métropolite iconoclaste Basile d’Ancyre (787)

Posté par sourcesmedievales le 6 mai 2008

byzance.jpgLa retractatio du métropolite iconoclaste Basile d’Ancyre
au concile de Nicée II (787)


« […] et je demande pardon à votre Félicité assemblée par Dieu pour cette lenteur (à vous rejoindre) qui fut la mienne. Il fallait en effet que je ne retarde pas la confession de l’orthodoxie ; mais c’est le fait de mon extrême inculture, de ma paresse et de ma conscience obscurcie. De là vient que je demande plus encore à votre Félicité que le pardon me soit accordé par Dieu.

Je confesse et je crois en un Dieu le père, maître de toute chose (pantokratôr), et en un seigneur Jésus-Christ, son fils unique, et dans le saint esprit, maître et vivifiant, trinité consubstantielle et de dignité égale, vénérée et louée en une unique divinité, puissance et autorité. Et je confesse tout ce qui concerne l’économie de l’unicité de la trinité et de Jésus-Christ, notre Seigneur et dieu, comme les six saints conciles œcuméniques l’ont transmis, et, repoussant l’hérésie, j’anathématise tout bavardage hérétique comme ils l’ont anathématisé.

Lire la suite… »

Publié dans Byzance | Pas de Commentaires »

Le concile de Chalcédoine : canon 28 (451)

Posté par sourcesmedievales le 2 mai 2008

byzance.jpg« Suivant en tout les décrets des Saints Pères, et reconnaissant le canon des cent cinquante évêques qui vient d’être lu, nous prenons et votons les mêmes décisions au sujet des privilèges de la très sainte église de Constantinople, la nouvelle Rome. Les pères ont en effet accordé justement au siège de l’ancienne Rome ses privilèges, parce que cette ville est la ville impériale. Pour le même motif, les cent cinquante très pieux évêques ont accordé des privilèges égaux au très saint siège de la nouvelle Rome, jugeant avec raison que la ville qui est honorée de la présence de l’Empereur et du Sénat, et qui jouit des mêmes privilèges que l’ancienne ville impériale Rome, est, comme celle-ci, grande dans les affaires ecclésiastiques, étant la seconde après elle ; en sorte que les seuls métropolitains des diocèses du Pont, de l’Asie et de la Thrace, et les évêques des parties de ces diocèses situées dans les régions barbares, seront ordonnés par le très saint siège de la très sainte église de Constantinople ; bien entendu, chaque métropolitain des diocèses susdits ordonne, avec les évêques de la province, les évêques de celle-ci, comme prescrit par les divins canons ; mais, comme on l’a dit, les métropolitains des susdits diocèses sont ordonnés par l’archevêque de Constantinople, après élection concordante faite selon la coutume et notifiée à ce dernier. »

E. Schwarz, Acta Conciliorum Oecumenicorum, Leipzig, 1922, t. 2/1, p. 447-448. M. Kaplan (dir.), Le Moyen Âge, IVe-Xe siècle, Rosny, 1994, p. 75.

Publié dans Byzance | Pas de Commentaires »

1...34567...31
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*