Résultats de votre recherche

Règlement sur l’Inquisition au concile de Vienne (1311-1312)

Posté par sourcesmedievales le 11 juin 2008

xive.jpg« [26]. De nombreuses plaintes ont été portées à la connaissance du Siège apostolique à l’effet que certains inquisiteurs désignés par le même Siège pour s’opposer à la dépravation hérétique, en sortant des bornes qui leur avaient été indiquées, étendent parfois à ce point l’exercice de leur pouvoir, que ce qui avait été salutairement prévu par la vigilance prudente de ce même Siège en vue de la croissance de la foi, tourne au détriment des fidèles, lorsque, sous prétexte de piété, des innocents sont accablés. Pour cette raison, en vue de la gloire de Dieu et de la croissance de cette même foi, et afin que la cause de cette inquisition se développe d’autant plus heureusement que, désormais, la recherche de la faute se fera avec plus de solennité, d’empressement et de soin, Nous décidons que celle-ci sera exercée aussi bien par les évêques diocésains que par les inquisiteurs désignés par le Siège apostolique, qui auront mis de côté tout amour charnel, toute haine ou crainte, ainsi que toute recherche d’avantage temporel, de telle manière que chacun de ceux qui ont été mentionnés pourra citer, arrêter ou saisir, et assurer une garde sûre, même en recourant aux fers tous les pieds ou les mains, s’il lui paraît nécessaire de le faire -ce dont Nous chargeons sa conscience-, et enquêter sur ceux sur qui il lui paraîtra approprié de le faire, selon Dieu et selon la justice, en vue de la poursuite de cette cause.

Lire la suite… »

Publié dans Occident XIVe s. | Pas de Commentaires »

La rupture entre Rome et Constantinople (1054)

Posté par sourcesmedievales le 14 mai 2008

byzance.jpg« Humbert, par la Grâce de Dieu cardinal évêque de la Sainte Église romaine ; Pierre, archevêque d’Amalfi ; Frédéric, diacre et chancelier, à tous les fils de l’Église catholique.

Le Saint Siège apostolique romain, premier de tous les sièges, auquel, en sa qualité de chef, il appartient plus particulièrement de veiller sur toutes les églises, a daigné nous envoyer en mandataires dans cette ville impériale… ; nous devions venir voir, comme il était écrit, si les faits confirmaient la rumeur qui ne cessait de parvenir du Saint Siège ; ou bien, s’il n’en était rien, le constater. Aussi, sachent tout d’abord les très glorieux Empereurs, le clergé, le Sénat et le peuple de Constantinople, et toute l’église catholique, que nous éprouvons une vive joie dans le Seigneur pour y avoir trouvé le bien dans toute sa grandeur, mais que nous déplorons avec une extrême douleur d’y avoir trouvé le plus grand des maux. En effet, pour les colonnes de l’Empire et pour les citoyens sages et honorables, c’est une ville très chrétienne et orthodoxe. Mais, pour ce qui est de Michel, à qui l’on donne par abus le titre de patriarche, et des partisans de ses erreurs, ils répandent tous les jours dans la ville abondance de germes d’hérésie. En effet, comme les simoniaques, ils vendent le don de Dieu […] ; comme les nicolaïtes, ils autorisent et soutiennent le mariage des ministres du saint-autel […] ; comme les Pneumatomaques ou les Theumaques, ils ont supprimé du Symbole la procession du Saint Esprit du Fils ; comme les manichéens, ils déclarent, entre autres, que le pain fermenté est animé… ; et, se laissant pousser cheveux et barbe, ils refusent la communion à qui se coupe les cheveux et, selon les prescriptions de l’Église romaine, se rase la barbe.

Lire la suite… »

Publié dans Byzance | Pas de Commentaires »

123456...31
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*