• Accueil
  • > Recherche : concile moyen age

Résultats de votre recherche

L’image de l’évêque idéal : Hervé de Reims (Xe s.)

Posté par sourcesmedievales le 13 avril 2008

ve.jpg« Hervé, archevêque de la sainte métropole de Reims et pasteur du peuple de Dieu, à tous ses clercs et à tout le peuple de Beauvais.
Nous avons appris de quelques-uns d’entre vous – et d’autres personnes en plus grand nombre – la mort du vénérable évêque de sainte mémoire Erluin, évêque de l’église de Beauvais ; nous l’avons appris non par une lettre de vous, comme nous l’aurions dû et ainsi que l’autorité des saints Pères l’a décidé ; c’est seulement par la suite que vous nous avez envoyé une lettre, après qu’on vous l’eût demandé. Néanmoins, au nom de la sollicitude du métropolitain, qui nous a été confiée par Dieu, nous vous exhortons et nous enjoignons à votre fraternité que, dans le choix de votre futur évêque, vos vœux se rejoignent, avec l’aide de Dieu, sur un homme qui soit en même temps pasteur et docteur selon les règles de l’Église.

Après les litanies et les prières publiques, et après avoir adoré celui duquel tout don est le meilleur et tout don est parfait, puisqu’il nous fait tous habiter dans sa maison, réunissez-vous dans la concorde pour une élection régulière avec les familiers du vénérable frère et notre coévêque à qui, selon l’institution canonique, nous avons délégué l’office de visiteur dans cette église, pour que vous ne soyez pas plus longtemps dans la douleur d’être privés de votre pasteur. Nous souhaitons vivement, par notre ministère et notre charge de métropolitain selon les canons du saint concile de Nicée, que l’élection de votre évêque soit promulguée par l’autorité divine et nous ordonnons donc que personne ne prenne de décision en dehors de la présence du visiteur, qui puisse témoigner de l’unanimité des clercs et des citoyens.

Lire la suite… »

Publié dans Occident Xe s. | Pas de Commentaires »

Le couronnement de Charlemagne selon les annales de Lorsch (800)

Posté par sourcesmedievales le 11 avril 2008

ve.jpg« […] Et parce qu’à cette époque, dans le pays des Grecs, le titre d’empereur n’était plus porté et qu’une femme chez eux tenait l’Empire, il parut et au successeur des Apôtres Léon et à tous les Saints Pères qui assistaient au Concile, ainsi qu’à tout le reste du peuple chrétien, que Charles, roi des Francs, devait recevoir le titre d’empereur, lui qui tenait Rome elle-même, où de tout temps les Césars avaient eu coutume de résider et qui tenait les autres résidences en Italie, en Gaule non moins qu’en Germanie. Car Dieu tout-puissant avait consenti à mettre en son pouvoir toutes ces résidences et il leur paraissait juste que, avec l’aide de Dieu et à la demande de tout le peuple chrétien, il ait lui aussi ce titre [d’empereur]. Leur demande, le roi Charles ne voulut pas la rejeter, mais se soumettant humblement à Dieu et à la demande des prêtres et de tout le peuple chrétien, à la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, il prit le titre d’empereur avec la consécration du seigneur pape Léon. »

MGH, Scriptores, I, éd. Pertz, 1826, p. 38 ; trad. Ch. De La Roncière, R. Delort, M. Rouche, L’Europe au Moyen Âge, Paris, I, p. 168.

Publié dans Occident IXe s. | Pas de Commentaires »

1...34567...14
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*