• Accueil
  • > Recherche : comte saint victor

Résultats de votre recherche

Donation à Saint-Victor des revenus (1094)

Posté par sourcesmedievales le 18 novembre 2008

xie.jpgDonation à Saint-Victor des revenus liés à navigation sur le Rhône et la Durance (1094)

« Au nom de Seigneur. Moi Raimond, par la grâce de Dieu comte et marquis de Provence, pour le rachat de mes péchés et le salut de mon âme et de celle de mes parents, je donne au Seigneur Dieu, à sa mère Marie et à saint Victor martyr et aussi au seigneur Richard abbé du monastère de Marseille et à tous les moines qui s’y trouvent présents et à venir tous les usages ou rentes que j’ai ou semble avoir sur les radeaux descendant la Durance ou le Rhône et les nefs remontant ces fleuves soit avec du sel soit avec toute espèce de marchandise, soit que je les ai en propre, soit qu’un homme ou une femme les ait par ma main en fief ou en gage ou d’une autre façon, de sorte que, de ce jour et par la suite, les nefs et les radeaux appartenant en propre audit monastère montant ou descendant ne payent aucun tribut que ce soit sur l’eau ou sur terre, quoiqu’il arrive, et que nous n’exigions pas ou ne fassions pas exiger de cens, de rente ou de tribut. Mais aussi, ce que la comtesse Douce ou tous les autres notables [boni viri ]  ont donné ou donneront audit monastère, je le confirme. Si moi, ou un autre grand ou petit personnage, de quelque ordre ou condition que ce soit, tentait de gêner cette donation qui est nôtre, que la vente ne soit pas valable mais, que, après avoir payé d’abord trois livres, qu’ensuite notre donation reste ferme et stable éternellement.
Lire la suite… »

Publié dans Occident XIe s. | Pas de Commentaires »

Le sacre de Philippe Ier (1059)

Posté par sourcesmedievales le 11 octobre 2008

xie.jpg« Le 10 des calendes de juin, Philippe a été consacré de la manière qui suit dans l’église cathédrale devant l’autel de Notre-Dame par Gervais, archevêque.
La messe avait commencé lorsque le seigneur-archevêque se tourna vers lui et lui exposa la foi catholique en lui demandant s’il y croyait et s’il voulait la défendre. Celui-ci donna son acquiescement ; on apporta alors sa profession et il le lut lui-même – il n’avait encore que sept ans – et la souscrivit.
Voici le texte de la profession : « Je, Philippe, qui par la miséricorde de Dieu serai bientôt roi de France, je promets devant Dieu et ses saints en ce jour de mon ordination de conserver à chacun de vous des églises qui vous sont confiées votre privilège canonique ainsi que les droits qui vous appartiennent et la justice qui vous est due. Avec l’aide de Dieu, je prendrai votre défense autant que je pourrai, ainsi qu’un roi a l’obligation de le faire à l’égard de tous les évêques et de toutes les églises commises à ses soins. Au peuple qui nous est confié, je promets aussi d’employer notre autorité à appliquer les lois pour la défense de leur droit. »
Lire la suite… »

Publié dans Occident XIe s. | 2 Commentaires »

12
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*