Louis VI attaque les châteaux de Gournay et Sainte-Sévère (1107-1108)

Posté par sourcesmedievales le 23 novembre 2008

concile.jpg« Or donc le comte Gui de Rochefort, dont il a été parlé plus haut, voyant, par la machination de ses rivaux attaqué pour consanguinité, puis rompu, en présence du seigneur pape (1), le mariage qui avait été contracté entre le seigneur désigné et sa fille, en conçut un vif ressentiment. « Il entretint cette mince étincelle pour en faire des feux mouvants (2) ».

Le seigneur désigné n’en montrait pas pour cela moins de bienveillance à son égard, quand, tout à coup, les Garlande, se mêlant à l’affaire, brisèrent les liens de l’amitié, défirent l’alliance, grossirent les rancunes. Là-dessus le seigneur désigné eut par hasard une occasion de guerroyer (3) : Hugues de Pomponne, vaillant chevalier, châtelain de Gournay, château situé sur les bords de la Marne, s’était saisi à l’improviste sur une route royale de chevaux appartenant à des marchands et les avait amenés à Gournay (4). Cette outrageante présomption mit Louis comme hors de lui. Il assemble un ost, met le siège devant le château, brusquement, afin de priver les assiégés de provisions de bouche, et, très vite, il ferme le cercle d’investissement (5).

Lire la suite… »

Publié dans Occident XIIe s. | Pas de Commentaire »

Un contrat commercial génois (1186)

Posté par sourcesmedievales le 18 mai 2008

xie.jpgUn contrat commercial génois du notaire Oberto Scriba de Mercato
(24 septembre 1186)

« Témoins Ansaldus Rataldus, Oto Pellis, Oglerius Zacaria.

Moi, Gandulfus Ottainus reçois en société [type de contrat commercial] de toi Vasallo Straleira 100 livres de deniers génois et apporte pour ma part 50 livres. Je porte cette société Outremer [Les territoires de Syrie Palestine] pour commercer et de là à Alexandrie ou Ceuta ou Bougie et de là je dois revenir à Gênes sans changer de route, et je dois remettre le capital et les profits effectués dans ce voyage à toi ou tes procurateurs, et une fois le capital mis de côté, nous devons partager le profit par moitié.
En commande, j’ai 229 livres et 12 sous à quart de profit, et qui proviennent d’une société. […].Fait sous le portique de Vassallus Straleire, ce jour. »

M. Chiodano, Notai liguri de! Sec. XII, IV : Oberto Scriba de Mercato (1186), Turin, 1940, p. 12.

Publié dans Occident XIIe s. | Pas de Commentaire »

12345...12
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*