Les hérétiques italiens de Montforte (1027)

Posté par sourcesmedievales le 18 avril 2008

xie.jpg« Comme le seigneur Aribert (Heribertus) avait presque fini de visiter les évêques suffragants de Saint-Ambroise, pour le salut desquels il avait parcouru l’Italie, les exhortant au bien, il arriva à Turin accompagné de clercs dévoués et de nombreux chevaliers fort braves. Quand il eut siégé là quelques jours, prêchant l’évêque, le clergé de la cité et tout le peuple de la ville à l’aide des sermons des prophètes et des apôtres, comme il convenait à un tel homme, il entendit parler d’une hérésie inouïe, qui avait récemment pris naissance dans un castello au-dessus du lieu de Monteforte. Quand il apprit ceci, Aribert ordonna aussitôt qu’un homme de cette hérésie soit tiré de ce castrum et lui soit présenté pour qu’il puisse savoir des choses plus précises. Lequel venu devant lui, se présenta le visage gai, prêt à répondre à tout, l’esprit [animus] préparé à souffrir, joyeux de finir sa vie dans les supplices les plus terribles. Et Aribert, comme il le vit si prêt et d’une telle fermeté, commença à le questionner sérieusement et systématiquement [seriatim] sur la vie, les mœurs, et la foi des siens [vitam, mores, fidem]. Gérard [Girardus], une fois que l’autorisation lui en fut donnée, le silence installé, se leva et dit : « à Dieu tout-puissant, le Père, le Fils et le Saint Esprit, je rends immensément grâce de ce que vous vous donniez la peine de m’interroger si sérieusement. Et puisse celui qui vous connaît de-puis le début en Adam, vous accorde de vivre en lui, de mourir en lui et d’être glorifié en lui aux siècles des siècles. Je vous dis ma vie et la foi de mes frères dans le même esprit que celui où vous êtes en m’interrogeant. Nous louons par-dessus tout la virginité, quoique nous ayons des épouses. Celui qui est vierge conserve sa virginité et il est permis à celui qui est sali [corruptus] de demeurer chaste perpétuelle-ment, par autorisation de notre ancien [nostro maiori]. Aucun de nous ne se sert de sa femme charnellement, mais en prend soin comme d’une mère ou d’une sœur. Nous ne mangeons jamais de viande. Nous faisons des jeûnes continus et des prières indéfiniment. Nuit et jour nos anciens prient à tour de rôle de sorte qu’il n’y a pas d’heure vide de prières. Nous avons nos possessions en commun avec tous les hommes. Aucun de nous ne finit sa vie sans tourment, de sorte que nous puissions échapper aux tourments éternels. Nous croyons au Père, au Fils et au Saint-Esprit et nous le confessons. Nous croyons que nous sommes liés et déliés par ceux qui ont le pouvoir de lier et délier. Nous lisons tous les jours l’Ancien et le Nouveau Testament ainsi que les saints canons ».
Lire la suite… »

Publié dans Occident XIe s. | 3 Commentaires »

L’hérésie d’Orléans (1022)

Posté par sourcesmedievales le 18 avril 2008

xie.jpg« À cette époque, en l’an de l’Incarnation du Seigneur 1022, la trente-cinquième année du Robert et la sixième de son fils Hugues, en l’anniversaire de la Nativité du Seigneur, on entendit parler d’une infâme hérésie, contraire à la Sainte Église catholique. Il y avait en effet dans la cité d’Orléans, des personnes appartenant à l’ordre de la cléricature, élevées depuis l’enfance dans la sainte religion, imprégnées autant de littérature sacrée que de littérature profane.

Les uns étaient prêtres, d’autres diacres, d’autres sous-diacres, cachant sous la peau du mouton l’abominable loup de leur propre perdition. Leur chef était Étienne ainsi que Lisoie, germe du diable et cause de la perdition d’un grand nombre. Mais alors que la vérité dit : « rien n’est voilé qui ne doit être dévoilé et [rien n’est] dissimulé qui ne doit être obtenu », elle révéla aussi les folles aberrations de ces hérésiarques. Voilà en quoi elles consistaient : ils prétendaient qu’ils croyaient à la Trinité dans l’unité divine et que le Fils de Dieu s’était fait chair ; mais c’était mensonge, car ils disaient que les baptisés ne peuvent recevoir le Saint-Esprit dans le baptême et que, après un péché mortel, nul ne peut en aucune façon recevoir le pardon.

Lire la suite… »

Publié dans Occident XIe s. | Pas de Commentaire »

1...121314151617
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*