L’image de l’évêque idéal : Hervé de Reims (Xe s.)

Posté par sourcesmedievales le 13 avril 2008

ve.jpg« Hervé, archevêque de la sainte métropole de Reims et pasteur du peuple de Dieu, à tous ses clercs et à tout le peuple de Beauvais.
Nous avons appris de quelques-uns d’entre vous – et d’autres personnes en plus grand nombre – la mort du vénérable évêque de sainte mémoire Erluin, évêque de l’église de Beauvais ; nous l’avons appris non par une lettre de vous, comme nous l’aurions dû et ainsi que l’autorité des saints Pères l’a décidé ; c’est seulement par la suite que vous nous avez envoyé une lettre, après qu’on vous l’eût demandé. Néanmoins, au nom de la sollicitude du métropolitain, qui nous a été confiée par Dieu, nous vous exhortons et nous enjoignons à votre fraternité que, dans le choix de votre futur évêque, vos vœux se rejoignent, avec l’aide de Dieu, sur un homme qui soit en même temps pasteur et docteur selon les règles de l’Église.

Après les litanies et les prières publiques, et après avoir adoré celui duquel tout don est le meilleur et tout don est parfait, puisqu’il nous fait tous habiter dans sa maison, réunissez-vous dans la concorde pour une élection régulière avec les familiers du vénérable frère et notre coévêque à qui, selon l’institution canonique, nous avons délégué l’office de visiteur dans cette église, pour que vous ne soyez pas plus longtemps dans la douleur d’être privés de votre pasteur. Nous souhaitons vivement, par notre ministère et notre charge de métropolitain selon les canons du saint concile de Nicée, que l’élection de votre évêque soit promulguée par l’autorité divine et nous ordonnons donc que personne ne prenne de décision en dehors de la présence du visiteur, qui puisse témoigner de l’unanimité des clercs et des citoyens.

Lire la suite… »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Otton et le pape Jean XII (963)

Posté par sourcesmedievales le 13 avril 2008

ve.jpgLettre adressée par le concile réuni à Rome le 6 novembre 963

« Au Seigneur pape Jean, pontife suprême et pape universel, Otton, par la grâce de Dieu, empereur, entouré des archevêques et des évêques de Ligurie, de Toscane, de Saxe et de Francie, salut en Notre Seigneur. Étant venu à Rome pour le service de Dieu, et ayant demandé aux évêques, aux cardinaux, aux prêtres, aux diacres et à tout le peuple la cause de votre absence et pourquoi vous aviez évité de nous voir, nous qui avons pris la défense de votre Église et de votre personne, ils nous ont dit des choses si honteuses de vous, que si on nous les disait d’un histrion, nous ne pour-rions les entendre sans rougir. Nous vous en exprimons une partie en peu de parole, parce que nous ne pourrions pas les exprimer toutes en un jour. Sachez donc que vous avez été accusé non par un petit nombre de personnes, mais par tous les ecclésiastiques et par tous les laïques, d’homicide, de parjure, de sacri-lège et d’inceste, commis tant avec des femmes vos parentes qu’avec deux sœurs. Ils ajoutent, ce que l’on ne peut ouïr sans horreur, que vous avez bu à la santé du Diable, et qu’en jouant aux dés, vous avez invoqué Jupiter, Vé-nus et les autres démons. C’est pourquoi nous vous supplions de venir vous justifier de ces crimes. Au reste, n’appréhendez point la fureur du peuple, car nous vous promettons sous serment que rien ne se fera en dehors des prescriptions des saints canons. Fait le sixième jour du mois de novembre [...]. »
Lire la suite… »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1...45678
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*