Diplôme du duc de Bénévent Gisulf Ier pour Saint-Vincent (689)

Posté par sourcesmedievales le 4 juillet 2008

ve.jpg« Au nom du Seigneur Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ. Nous, sire Gisulf, homme glorieux, très grand duc du peuple des Lombards, avons concédé au monastère de saint Vincent lévite et martyr du Christ, dont les vénérables serviteurs du Christ Paldon, Taton et Tason, qui nous sont proches par le sang, abandonnant pour l’amour de Dieu patrie, parents et gloire du monde, ont récemment commencé la construction sur le territoire de notre cité sacrée de Bénévent, aux sources du fleuve Volturne, les terres et possessions selon les limites ici désignées : [Suit la description des confins du bloc foncier concédé dans la vallée du Volturne.] Et [nous concédons] tout ce qui est contenu à l’intérieur de ces limites avec toutes les églises, celles, domaines (curtes), terres, vignes, prés, pâtures, forêts, pêcheries, eaux, rives, moulins et tous les biens qui en dépendent ; en outre l’église de la sainte mère de Dieu et Vierge Marie près du fleuve Trigno qui, détruite par un incendie, est aujourd’hui délaissée par tous les habitants ; et l’église Sainte-Marie dite Aux-Deux-Basiliques, sise près du lit du fleuve Sangro, où depuis des temps anciens on n’a pas le souvenir qu’il y ait eu habitation humaine, mais seulement une forêt publique ; aussi le monastère du bienheureux Pierre apôtre près de notre cité de Bénévent, qui est tenu par des moniales et qu’a construit notre aïeule Theodorada, près du fleuve Sabato; et aussi le monastère Sainte-Marie à Sano.

Lire la suite… »

Publié dans Occident VIIe s. | Pas de Commentaire »

Les rois mérovingiens, l’impôt et l’armée

Posté par sourcesmedievales le 10 avril 2008

ve.jpgCh. 29 – « […] Le roi Childebert rassemble une armée et s’apprête à se rendre avec elle en Italie pour attaquer les Lombards. Mais les Lombards, mis au courant, envoient des ambassadeurs avec des cadeaux pour dire : « soyons amis, ne périssons pas et versons un tribut fixe à ta puissance. Et partout où sera nécessaire, nous promettons de t’aider contre les ennemis ». En entendant cela, Childebert envoya des ambassadeurs au roi Gontran pour glisser dans ses oreilles ce que ceux-ci lui offraient. Ce dernier, qui n’était pas opposé à cet arrangement, conseilla de confirmer la paix. Le roi Childebert ordonna donc à l’armée de rester sur place et envoya des ambassadeurs aux Lombards, chargés de dire que, s’ils confirmaient ce qui avait été promis, l’armée rentrerait chez elle. Mais la promesse ne fut pas du tout tenue.

Ch. 30 – À la demande de l’évêque Marovée , le roi Childebert ordonna à ses responsables du cadastre, à savoir Florentin, maire du palais de la reine, et Romulf, comte de son propre palais, de se rendre à Poitiers pour que le peuple soit contraint de payer l’impôt qu’il versait du temps de son père selon des registres établis après une révision. En effet, beaucoup des habitants étaient décédés et, par suite, le poids du tribut était retombé sur des veuves, des orphelins et des impotents.

Lire la suite… »

Publié dans Occident VIIe s. | Pas de Commentaire »

12
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*