Saladin à Jérusalem : la « réislamisation » de la ville (1187)

Posté par sourcesmedievales le 18 mai 2008

Al-Harîrî - (Maqâmât) Al-Wasîtî. Irak, 1237.La mosquée al-Aqsà

« Ayant pris possession de Jérusalem, le sultan donna l’ordre impératif de rendre visible le mihrâb de la Mosquée al-Aqsà. Les Templiers l’avaient masqué par des murs et converti en magasin pour les grains. On dit aussi que, par haine et par iniquité, ils l’avaient utilisé comme latrines et qu’à l’ouest de la qibla, ils avaient bâti un vaste édifice, une haute église. Donc le sultan recommanda d’écarter cet écran, de dévoiler cette épousée -le mihrâb -, de détruire les constructions qui se trouvaient devant lui ; de nettoyer les parvis qui l’entouraient, afin que les gens se réunissent le vendredi dans cette enceinte rendue spacieuse. La chaire (minbar) fut érigée ; l’on fit apparaître le mihrâb purifié ; l’on démolit ce que les Francs avaient construit entre les colonnes ; ce lieu spacieux, ils l’avaient couvert de tapis précieux au lieu de nattes de jonc et de roseau. Des lampes furent suspendues, la Révélation fut psalmodiée ; la Vérité l’emporta, réduisant à rien les mensonges ; le Coran domina, tandis que l’Évangile était rejeté ; les tapis de prière furent alignés ; les dévotions devinrent pures ; les prières canoniques furent établies ; les invocations se prolongèrent ; les bénédictions se manifestèrent ; les tristesses se dissipèrent ; les erreurs se retirèrent ; les voies du salut furent, de nouveau, suivies ; les versets furent récités, les bannières, arborées ; l’appel à la prière [adhân] fut clamé tandis que la cloche se taisait ; les muezzins se montrèrent, tandis que les prêtres chrétiens se cachaient […]. »

Lire la suite… »

Publié dans Islam | Pas de Commentaire »

La prise de Jérusalem vu par lbn-al-Athir (1099)

Posté par sourcesmedievales le 18 mai 2008

Al-Harîrî - (Maqâmât) Al-Wasîtî. Irak, 1237.« Entrée des Francs dans la ville sainte. Jérusalem était comprise dans les États de Tad-eddaulé Totosh qui en avait fait cession à Socman, fils d’Ortok le Turcoman. Après la victoire remportée par les Francs devant Antioche et le massacre qu’ils y firent, la puissance des Turcs se trouva affaiblie et ils se dispersèrent. Les Égyptiens, voyant la faiblesse des Turcs, s’avancèrent en Syrie sous la conduite d’Afdhal, fils de Bedr-Aldjemuly, et assiégèrent la ville. Dans ses murs se trouvaient Socman et Ilgazy, tous deux fils d’Ortok. Les Égyptiens mirent en jeu plus de quarante machines et renversèrent plusieurs parties des murailles. Mais les habitants opposèrent une vive résistance et le siège dura plus de quarante jours. À la fin, au mois de shaban de l’année 489, la ville se rendit. Afdhal usa de générosité envers Socman et Ilgazy, ainsi qu’à l’égard des personnes qui s’étaient jointes à eux. Il leur fit de grands présents et les laissa aller en liberté. Ils se rendirent à Damas et traversèrent ensuite tout l’Euphrate. Socman s’établit dans la ville d’Edesse. Quant à llgazy, il passa en Irak. Le vizir égyptien confia le gouvernement de Jérusalem à un émir connu sous le nom d’Iftikhar-eddaulé. Cet émir se trouvait dans la ville sainte quand les Francs arrivèrent devant ses murailles. Comme ils avaient essayé sans succès de prendre la ville d’Acre, ils se portèrent vers Jérusalem et l’assiégèrent pendant plus de quarante jours. Ils élevèrent deux tours contre la ville ; l’une était du côté de la montagne de Sion.

Lire la suite… »

Publié dans Islam | Pas de Commentaire »

12345...14
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*