La ville d’Alexandrie d’Egypte, par Guillaume de Tyr

Posté par sourcesmedievales le 2 mai 2008

byzance.jpg« De la noblesse de la cité d’Alixandre.
Alixandre est la darreniere citez de toute Egypte envers soleil couchant et regarde vers la terre de Libe. De l’une part de la cité sont les terres gaaignables bonnes et plenteives; de l’autre part n’a se deserz non qui sont Si ars de la chaleur du souleil que riens n’i puet croistre. Si come les anciennes estoires dient, li granz Alixandres, qui fu filz le roi de Macedoine, fonda cele cité et l’apela einsi de son nom. Elle siet auques près de la bouche du Nil et seut estre apelée ancienement Canopicon; mès elle a ore non comunement Ressith. Li fluns est bien Ioinz de la ville V. miles ou VI.; neque dent, quant il est Si parcréuz que les rives sont bien pleines, unz granz ruz en cort parmi la ville. Les genz ont apareilliées leur cisternes larges et netes qui sontfetes à ce qu’ils reçoivent tant de cele eaue com il leur en covient atout l’an. Conduiz meismes i a-il, fez par desouz terre, par que li ruissel du flun s’en vienent par les jardins qui sont hors de la cité, et les arosent; Si qu’il i croist assez herbes et fruit.

Lire la suite… »

Publié dans Byzance | Pas de Commentaire »

La ville d’Alexandrie d’Egypte, par Benjamin de Tulède

Posté par sourcesmedievales le 2 mai 2008

byzance.jpg« Il faut deux jours de voyage [de Lammanah] pour arriver à Alexandrie d’Égypte, qui est Ammon de No ; mais quand Alexandre de Macédoine construisit la ville, il l’appela de son propre nom. et la rendit extrêmement forte et belle. Les maisons, palais et murs sont d’une excellente architecture. Hors de la ville est l’Académie d’Aristote, le précepteur d’Alexandre. C’est un large bâtiment, situé au milieu d’autres académies au nombre de vingt, avec une colonne de marbre séparant chacunes d’elles. Des gens du monde entier avaient coutume d’y venir pour étudier la sagesse d’Aristote le philosophe. La ville est construite sur des sous-terrains au moyen d’arcades. Alexandre fit preuve d’une grande intelligence dans sa construction. Les rues sont larges et droites, de sorte qu’un homme peut porter son regard sur un mille, de la porte de Reshid à la porte de la Mer.

Alexandre a aussi construit pour le port d’Alexandrie une jetée, une chaussée royale s’avançant au milieu de la mer. Et là il a érigé une vaste tour, un phare, appelé Manar al-lskandriyyah en arabe. Au sommet de la tour se trouve un miroir de verre. Tout bateau voulant attaquer ou faire du mal à la ville en venant de Grèce ou des contrées occidentales, pouvait être vu grâce à ce miroir de verre jusqu’à une distance de vingt jours de voyage, et les habitants pouvaient alors préparer leur défense. […].

Lire la suite… »

Publié dans Byzance | Pas de Commentaire »

1...67891011
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*