Prostagma d’Andronic II Paléologue (septembre 1328)

Posté par sourcesmedievales le 12 mai 2008

byzance.jpg« Les moines du vénérable monastère impérial sis sur la sainte montagne de l’Athos sous le vocable du Christ Sauveur, dit d’Esphigménou, ont accouru auprès de ma Majesté impériale, rapportant qu’ils possédaient en vertu d’un chrysobulle, de prostagmata et autres titres de propriété, près de Rentina une terre de 2000 modioi. Naguère, les habitants du kastron de Rentina, la disant libre, l’ont demandée à ma majesté impériale ; celle-ci a ordonné de la leur donner. Les dits moines du susdit vénérable monastère ont fait appel de ceci auprès de ma majesté impériale, afin qu’il soit ordonné que leur soit délivré un prostagma de ma majesté et qu’ils possèdent cette terre, conformément aux titres de propriété en leur possession, de façon claire et inattaquable comme auparavant. Ma majesté impériale a reçu leur requête, décide et ordonne par le présent prostagma qu’ils détiennent la dite terre de 2000 modioi de façon claire et inattaquable conformément aux chrysobulles, prostagmata et autres titres de propriété, comme ils la détenaient auparavant, sans qu’il se trouve aucun des susdits Rentiniotes ni personne d’autre pour avancer qu’ils la détiennent par un horismos de ma majesté impériale et causer aucun ennui ou empêchement pour la détention de cette terre. Ceci a été fait au bénéfice des dits moines du dit vénérable monastère, et le présent prostagma à titre de sécurité. Au mois septembre, indiction 12. »

Actes d’Esphigménou, éd. J. Lefort Paris, 1973, Archives de l’Athos, VI, p. 125. M. Kaplan (dir.), Le Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Rosny, 1994, p. 227.

Publié dans Byzance | Pas de Commentaire »

La mort de saint Daniel le Stylite

Posté par sourcesmedievales le 6 mai 2008

byzance.jpg« c. 97. […] Notre illustre père Daniel mourut un samedi, à la troisième heure, le 11 décembre de la seconde indiction et, à l’instant même de sa mort, il accomplit un miracle, guérissant [un] homme de son esprit inique.

c. 98. Quand on eut enlevé le parapet, on trouva les genoux du saint collés à sa poitrine, ses cuisses à ses talons et à ses jambes. Et lorsqu’on voulut forcer ses membres à s’étendre, il se fit un tel craquement de ses os que nous pensions qu’il éclaterait en morceaux. Néanmoins, une fois qu’on l’eut déposé, son corps apparut complètement intact, sauf que les pieds étaient rongés par la gangrène et les vers qui les mangeaient… On le revêtit d’une tunique de peau, comme il en avait coutume, et, lorsqu’on eut apporté et placé sur la colonne une planche, il y fut déposé.

c. 99. Au profond de l’aube, le très aimé de Dieu archevêque Euphémios arriva, et, étant monté sur la colonne par l’escalier, il embrassa la pieuse dépouille. À leur tour aussi, tous les fidèles dotés d’une dignité et d’une autorité montèrent au sommet de la colonne, reçurent la bénédiction du bienheureux corps et l’embrassèrent. Le peuple demanda qu’avant l’enterrement le saint lui fût montré, et, en conséquence, il se fit alors un incroyable tumulte. En effet, sur l’ordre de l’archevêque, on dressa debout la planche sur laquelle le corps avait été fixé de manière qu’il ne pût tomber, et, à la manière d’une icône, le saint fut exposé de tous côtés à la vue de tous […].

Lire la suite… »

Publié dans Byzance | Pas de Commentaire »

123456...11
 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*