Une association entre maîtres d’école en Ligurie (1396) 2/2

Posté par sourcesmedievales le 23 août 2008

xive.jpgDocument proposé par Clément Lenoble (ater, université du Maine)

2- Convention d’embauche de maître Antonio de Guasti par maître Lodisio Calco maître Verono da Casale et maître Giacomo di San Salvator

« Au nom du Seigneur, amen. Maître Verono da Casali, maître de grammaire d’une part, maître Lodovisio Calvo de Voghera, d’autre part, et maître Jacopo de San Salvatore, maître d’école, d’autre part, sont parvenus et reconnaissent être parvenus ensemble et mutuellement pour leur utilité et leur bien commun et ceux de leurs élèves au pacte, à la transaction et à la composition suivante etc. Renonçant etc.
Lesdits maîtres Verono et Lodisio et Jacopo se promirent mutuellement et convinrent ensemble et les uns les autres d’installer et de tenir dans le village de Cornigliano maître Antonio de Guasti da Pontecurone, maître d’école de ce village à partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fête de la saint Martin. A ce maître les parties contractantes s’engagent ensemble et mutuellement à payer un salaire et les dépenses à proportion des élèves que chacun desdits maîtres a dans ce village de Cornigliano de la façon suivante, à savoir que ledit maître que les contractants doivent engager soit dépendant de maître Verono. Lesdits maîtres Lodisio et Jacopo promirent audit maître Verono de donner et d’acquitter la part du salaire et des dépenses qu’il leur revenait d’acquitter en proportion des élèves que chacun de ces deux maîtres a dans ce village, à condition cependant que le salaire et les dépenses pour maître Antonio de Guasti n’excèdent pas la somme de trois florins et demi par mois. Inversement, maître Verono acceptant toutes ces conditions s’engage et promet d’agir en sorte que maître Antonio s’occupe de l’école de Cornigliano jusqu’à la saint martin prochaine, à moins d’un juste empêchement voulu par Dieu. Chacun desdits maîtres contractants doit percevoir les rétributions dues par ses élèves, se faisant promesse mutuelle de ne pas empêcher l’un l’autre de recevoir la pension de ces élèves.

De même, ils se promirent par engagement exprès entre les dites parties etc. que durant la période hivernale prochaine aucun desdits maîtres Verono, Lodisio et Jacopo ne recevra d’aucune façon ni sous quelque prétexte que ce soit dans son école des élèves des autre maîtres contractants, résidant dans le village de Cornigliano ou de ses environs jusqu’aux prochaines calendes d’avril 1397. Lesdites parties se promirent mutuellement de respecter et d’observer cet accord et ce pacte et de n’y contrevenir d’aucune manière sous peine de 50 livres gênoises ; de cette peine la partie contrevenante doit à la partie ou aux parties restées fidèles tout le montant de ce qui aurait été détourné ou des clauses non remplies et la peine a été évaluée par la volonté de toutes les parties contractantes en fonction d’un juste dédommagement et intérêt des parties restées fidèles […]
Fait à Gênes dans le palais communal dans le bureau du juge et assesseur du podestat de Gênes, l’an du Seigneur 1396, indiction III, selon le cours de Gênes, le 25 mai. »

Archive d’État de Gênes, Actes notariaux, notaire Cristoforo Revellino. G. Gorrini, éd., « L’istruzione elementare in Genova e Liguria durante il Medioevo », in Giornale storico e letterario della Liguria, 8, 1932, p. 86-87, traduction du latin par P. Gilli.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*