Rémission de Philippe Le Hardi (1388)

Posté par sourcesmedievales le 28 juillet 2008

xive.jpgDocument proposé par Clément Lenoble (ater, université du Maine)

Rémission de Philippe Le Hardi pour des violences
à l’abbaye du Mont Saint-Eloi (1388)

« Phelippe, etc. Savoir faisons a touz, presens et avenir, nous l’umble supplicacion de noz amez messire Mahieu, sire de Lisques, et de messire Griffon de Lisques, son frere, chevaliers, avoir receue, contenant que, comme en la guerre derrain faite ou pays de Cuelre. ilz nous ayent servi bien et loyaument en la compaignie et soubz le gouvernement de nostre amé et feal chevalier et chambellan messire Cuillaume de La Tremouille, et il soit ainsi que, au retour dudit pays de Chelre, lesdiz supplians, avecques eulx et en leur compaignie pluseurs leurs serviteurs et familiers, a un certain jour, environ l’eure de demie lieue devant souleil couichant. pour eulx logier, feussent arrivez au Mont Saint Eloy pres Arras, auquel lieu a une abbaye de moines, a laquele abbaye. les aucuns des genz et familiers dudit messire Mahieu feussent alez a la porte d’icelle, et en leur chemin encontrerent le sire de Hondrecoustre, chevalier, qui en icelle abbaye avoit esté en entencion d’y cuider estre logiez, ausquelx il demanda ou ilz aloient, et ilz lui respondirent : «Nous alons a l’abbaye, savoir se nostre maistre y pourra estre logiez.»

Ausquelx il dist lors : «N’y alez point car en verité je en viens et m’y a l’en fait visage de bos et respondu que finablement il n’y seroit [sic] point logiez et que les abbayes du pays n’estoient mie du commun pour y logier». Et lors retournerent avecques ledit chevalier et a leur retour encontrerent ledit sire de Lisques, leur maistre, et lui compterent comment ilz avoyent trouvé ledit sire de Hondrecoustre et qui avoit est a ladite abbaye pour y cuidier logier et la response qui faite leur avoit esté en icelle, et adonc, ledit sire de Lisques monta a cheval du lieu ou il estoit et dist a sesdiz familiers et serviteurs que il yroit en icelle abbaye pour veoir et savoir se il pourroit estre logiez en ycelle et se on feroit neant plus pour lui que on n’avoit fait pour ledit sire de Hondrecoustre, et quant il fu arrivez a ladite porte, avecques lui aucuns de sesdiz serviteurs, dist au portier moult courtoisement que il lui volsist ouvrir la porte, lequel lui respondi de grant cuer et felon couraige que il n’en feroit riens et que les abbayes n’estoient point de commun pour y logier et ainsi faire ne que point n’y entreroit. Lequel sire de Lisques lui respondi que si feroit et que touz gentilzhommes passans le pays en servant le roy en ses guerres. et nous aussy es nostres, povoyent prandre, en toutes abbayes et autres lieux, logeiz et passage pour une nuit. Sur lesqueles paroles survint ledit messire Criffon, son frere, qui est jeunes homs et qui oy dire audit portier lesdites paroles, dist a icelui portier par jeunesce et ainsi que jeunes gens font communement : «Se tu n’ouvres la porte de ceste abbaye sy y entrerons nous car il est tart et si fait froit, et se ainsi ne le faiz, je alumeray du feu pour nous chauffer, et fay mal de nous faire cy estre sy longuement. » Et lors il fist et fist faire du feu telement que il se prist a la porte et que partie d’icelle porte fu arse : et pendens ces choses et paroles ainsi faites et dites entre ledit Criffon et ledit portier, ledit sire de Lisques estoit alez a l’environ de ladite abbaye pour savoir se autrement y pourroit entrer en icelle, et quant il fu retournez a ladite porte et qu’il vist que le feu que sondit frere avoit fait ou fait faire pourroit empirer ou dommagier ladite porte, comme de ce courroucié, commanda a l’un de sesdiz familiers que il ostast icelui feu, lequel d’un arc hastivement tira ledit feu arriere de ladite porte, telement qu’il fu moult empiriez et la corde arse. Et aprez ce, lesdiz supplians et leurs diz familiers et serviteurs alerent querre une grosse tronse de boys et d’icelle, a force de genz, fu hurté et bouté debout contre ladite porte, et pour ce que icelle porte ilz ne porent rompre, alerent a une fenestre trillyee de fer qu’ilz appercurent et a icelle getterent tant de grosses pierres que par force ilz la rompirent et entrerent dedens ladite abbaye les aucuns de leurs dites gens et familiers et ouvrirent ladite porte et entrerent en ladite abbaye lesdiz supplians, avecques eulx deux ou trois leurs familiers qui sercherent et fusterent par ladite abbaye se ilz pourroient trouver ledit portier, lequel ilz ne trouverent point, et a leur retour en la court d’icelle abbaye, lesdiz supplians trouverent et encontrerent messire Pepin de Rasse, seigneur des Coisnes, chevalier, acompaignié de Xll ou XVI personnes ou environ, tant hommes de villes comme autres, lesquelz dirent ausdiz supplians qu’ilz avoient fait mal d’avoir fait telz exces comme d’avoir bouté le feu en ladite porte et d’avoir rompu ledit treilliz et fenestre et d’entrer en icelle abbaye, a quoy ledit sire de Lisques respondi et dist que se lui ne autres disoient qu’ilz eussent fait telz choses ne que ilz eussent bouté le feu en ladite abbaye, pour ce que icelui de Rasse le maintenoit, que tantost contre ceulz qui le diroient il maintenroit qu’il ne diroit pas bien. Et adonc icelui Pepin de Rasse saicha sa dague, demonstrant de courir sus audit sire de Lisques, lequel et ses complices, qui n’estoient que quatre contre touz les dessus nommez pour resister a leur force et entreprise et obvier au peril de mort, saicherent leurs espees ou dagues sanz ce qu’ilz touchassent ne ferissent aucunement les uns aus autres, ouquel fait, par un escuier de la compaignie dudit Rasse, lui fu dit que il se advisast et que ledit sire de Lisques estoit de noble sangc et de noble ligniee extraict et venuz et de son lignage et que la chose pourroit tourner a tres grant mal se il ne s’en prenoit garde, et lors entre eulx n’ot plus de si tres grant pestilance, fors que par maniere de demonstrance de paroles, sur lesqueles l’un des pages dudit sire de Lisques qui estoit au dehors de ladite porte, qui avoit veu ou veoit ledit debat et certaine quantité d’espees saichees toutes nues contre sondit maistre et autres de sa compaignie qui n’estoient que quatre, pour la hideur qu’il ot de ce, cria : «Haro !» a haulte voix, si que pluseurs personnes l’oyrent et incontinent s’en ala devers ledit sire de Hondrecoustre, lequel, acompaignié de Jehan de Samettes, Tristan de Senliz, Guillaume Courteheuse. Laurin de la Mote, escuiers, Carnaige et Villaume Froyssart, varlez desdiz sire de Lisques, et messire Criffon, son frere, en entencion de aidier et conforter ledit sire de Lisques, avecques lui et en sa compaignie pluseurs gens ses serviteurs ou autres, alerent en ladite abbaye et trouverent la porte d’icelle fermee, laquele leur fu ouverte par aucuns des genz dudit sire de Lisques et entrerent en icelle abbaye, et les choses devant dites, aprés ce, venues a la cognoissance dudit sire de Hondrecoustre, print icelui de Rasse par la poitrine, lequel Rasse avoit sa dague toute nue en sa main, et tant fu procedé oudit debat et conflict entreulx que de premiere venue et en chaude cole, deux des familiers et serviteurs dudit de Rasse furent navrez sanz mahaing ou mutilacion, et pour ces choses ainsi faites, ledit sire de Lisques, voyant les grans perilz de mort et inconveniens qui s’en povoient ensuir, dist audit de Rasse qu’il lui baillast sadite dague qu’il tenoit en sadite main et qu’il n’auroit garde de mort, laquele il lui bailla et puis se departirent ensemble sanz aucune autre chose faire et s’en alerent lesdiz sires de Lisques et de Hondrecoustre touz ensemble en leur hostellerie pour soupper paisiblement et puis orent advis ensemble qu’il seroit bon que ilz feissent savoir par aucuns de leurs serviteurs se ledit Rasse pourveoit aucunement de leur porter dommage pour cause dudit fait, et envoierent de leurs dites gens jusques au nombre de cinq ou environ escouter et savoir vers l’ostel dudit Rasse, s’il faisoit aucun semblant de leur porter dommage, Iesquelz cinq personnes trouverent devant ledit hostel dudit Rasse certain nombre de ses genz, Iesquelz leur demanderent quelles genz ilz estoient et ou ilz aloient, ausquelx ilz ne respondirent aucune chose et passerent tout oultre icelui hostel, et en eulx retournant en leurs hostelz, enmy chemin, encontrerent certaines genz chevauchans ledit chemin, lesquelx demanderent les uns aus autres : «Qui estes vous ?- Et vous, qui ? »., et de leur oultrageuse maniere, lesdiz chevaucheurs, leurs bacinez es testes, leurs lances es mains, sanz vouloir nommer leurs noms, lesdites cinq personnes doubtans, pour cause des choses dessus dites que ce ne feussent aucuns de la partie dudit Rasse qui leur volsissent porter dommage, crierent «Nostre Dame, Bourgoingne ! » saicherent et ruerent les uns sur les autres leurs lances et espees pluseurs cops et tant que Martelet des Planques et un autre de leur compaignie furent navrez, et lors un escuier de leur compaignie leur dist : «Qui estes vous qui ainsi voulez tuer Martelet des Planques ?», et aprés leur dirent pourquoy ilz ne se nommoient. et lors arderent a l’eil ledit Martelet sanz plus autre chose faire. Pour lesqueles choses lesdiz supplians et autres dessus diz ont esté appellez a noz drois a nostre chastel d’Arras, pourquoy ilz sont en tres grant doubte de estre pour ce banniz a tousjours de nostre conté et pays d’Artois, si comme ilz dient, en suppliant sur ce nostre gracieux remede. Pour ce est il que nous, a la supplicacion de pluseurs nobles et gens de grant estat qui de ce nous ont supplié, considerans aussy les jeunes aages desdiz sire de Lisques et Criffon son frere, vueillans plus condescendre en ceste partie a doulceur et misericorde que a rigueur de justice, a iceulz supplians et autres dessus nommez et a chascun d’eulz, de nostre certaine science et grace especial, avons quittié ou cas dessus dit, remis et pardonné, et par ces presentes quittons, remettons et pardonnons les faiz, cas, offenses et autres choses dessus dites et touz les appeaulz et bannissemens qui en seroient ensuiz avec toute peinne et amende corporele, criminele et civile que eulx et chascun d’eulz seroient ou pourroient estre pour ce encheuz ou encouruz envers nous et nostre justice, et les restituons a leur bonne fame et renommee, aus pays et a leurs biens non confisquez, et en imposons scilence perpetuel a nostre procureur parmi ce que, premierement et avant toute euvre, lesdiz sire de Lisques et messire Criffon, son frere, et quatre gentilzhommes leurs complices qui furent a perpetrer les exces dessus diz, se transporteront en ladite eglise le jour de la feste de la Nostre Dame enmy aoust prochain venant, a heure de prime, et ou chapitre d’icelle eglise, a l’abbé et a tant de ses religieux qu’il vouldra avoir avecques lui, et cinq ou six personnes de ses amis, et illecques lesdiz chevaliers et complices, a genoulz, leurs chaperons ostez, diront ausdiz abbé et religieux qu’il leur desplaist de tout leur cuer des offenses et injures par eulx faites ausdiz religieux et a leurdite eglise, et leur prieront que ilz les leur vueillent pardonner, et pour les dommages et despens desdiz religieux, lesdiz chevaliers et complices leur paieront la somme de cent frans d’or, la moitié lors et l’autre moitié a la feste de la Toussains prochain ensuivant, et de les paier se obligeront ausdiz religieux par bonnes lettres, soubz seel auctentique et feront satisfacion civile aus autres personnes qui furent injuriés en commettant les exces dessus diz. Sy mandons a nostre bailli d’Arras et a touz noz autres justiciers, officiers et subgez, presens et avenir, leurs lieuxtenans et a chascun d’eulz si comme a lui appartendra, que lesdiz supplians et autres dessus nommez et chacun d’eulx facent, seuffrent et laissent oudit cas joïr et user paisiblement de nostre presente grace, par la maniere dessus dite, senz eulx faire ou souffrir estre fait. ores ne ou temps avenir, aucun empeschement au contraire. Et que ce soit chose ferme et estable a tousjours mais, nous avons fait mettre nostre seel a ces lettres, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné a Meleun ou mois de fevrier l’an de grace mil CCC IIIIXX et sept. Ainsi signé: Par monseigneur le duc, R. Thoronde. Visa. »

original : copie du XVe siècle dans les registres de l’Audience du duc de Bourgogne. Archives départementales du Nord, B 1681, fol. 47-49 (en marge : Lisques Remission), édition : B. Schnerb, « Un monastère dans la guerre : l’abbaye du Mont-Saint-Eloi (fin XIVè-début XVè siècle » dans La guerre, la violence et les gens au Moyen Age, tome II : La violence et les gens, actes du 119 congrès des sociétés savantes (Amiens 1994), Prais, Editions du CTHS, 1996, p. 109-112.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*