La lagune de Venise par Constantin Porphygénète (ca 948-952)

Posté par sourcesmedievales le 12 juillet 2008

ve.jpg« … Avant que les Vénitiens ne fissent la traversée et ne s’installassent dans les îles où ils vivent actuellement, on les appelait Enetikoï et ils habitaient sur la Terre Ferme dans les cités suivantes : la cité de Konkordia, la cité de Ioustiniana, la cité de Nounon, et beaucoup d’autres cités.

Quand ceux que l’on appelle maintenant Vénitiens, mais qui s’appelaient Enetikoï, firent la traversée, ils commencèrent par construire une cité extrêmement fortifiée, dans laquelle le dux de Venise siège encore actuellement et qui est entourée sur 6 milles par la mer, dans laquelle se jettent 27 fleuves. Il y a également d’autres îles à l’est de ladite cité. Et, sur lesdites îles, ceux que l’on appelle actuellement Vénitiens ont construit des cités : Kogradon dans laquelle il y a également une grande église métropolitaine et beaucoup de reliques de saints y ont été déposées la cité de Rivalenses et la cité de Loulianon, la cité d’Apsanon, la cité de Romatina, la cité de Likentzia, la cité de Pinetai que l’on appelle Strobilos, la cité de Viniola, la cité de Voes, dans laquelle se trouve l’église du saint apôtre Pierre, la cité Elitoualva, la cité de Litoumankerses , la cité de Bronion, la cité de Madaucon, la cité d’Ebola, la cité de Pristenai, la cité de Klougia, la cité de Broundon, la cité de Phosaon, la cité de Lauriton. Il y a également d’autres iles sur le même territoire de Venise et sur le continent, dans le pays d’Italie, se trouvent des cités vénitiennes et les voici : la cité de Karpe, la cité de Néokastron, la cité de Phines, la cité d’Aikulon, la cité d’Aeimanas, le grand emporium de Tortzelo, la cité de Mourân, la cité de Rivalto, ce qui signifie « lieu le plus haut », dans laquelle siège le dux de Venise, la cité de Kavertzentzes. Il y a également des emporia et des châteaux.

Jadis, Venise était un lieu désert, inhabité et marécageux. Ceux que l’on appelle actuellement Vénitiens étaient des Francs d’Aquilée et des autres lieux de Francie et ils habitaient sur la Terre Ferme en face de Venise. Mais quand Attila, le basileus des Avars, vint et dévasta complètement et dépeupla toutes les régions de Francie, tous les Francs d’Aquilée et des autres cités de Francie commencèrent à fuir et à aller dans les îles inhabitées de Venise et à y construire des cahutes en raison de la peur causée par le basileus Attila. Et quand le basileus Attila a eu dévasté toute la région de la Terre Ferme et avancé aussi loin que Rome et la Calabre et a laissé Venise bien loin derrière lui, ceux qui avaient fui pour se réfugier dans les îles de Venise, ayant acquis un endroit où vivre et tiré la crainte de leur cœur, décidèrent ensemble de s’établir là, ce qu’ils firent et ils s’y sont établis jusqu’à ce jour. Mais à nouveau de nombreuses années après qu’Attila s’était retiré, arriva le roi Pépin qui régnait alors sur Pavie et d’autres royaumes. Ce Pépin avait trois frères et ils régnaient sur les pays francs et esclavons. Or quand le roi Pépin arriva contre les Vénitiens avec toute sa puissance et une forte armée, il en fit le blocus du côté de la Terre Ferme, à l’opposite du passage entre elle et les îles de Venise, en un lieu appelé Aeibolas « . Et donc les Vénitiens voyant le roi Pépin venir contre eux avec toute sa puissance et se préparer à s’embarquer avec tous ses chevaux pour l’île de Madamaucon (car c’est une île proche de la Terre Ferme) ils plantèrent des pieux et barrèrent complètement ce passage.

L’armée du roi Pépin fut obligée d’en rester là (car il ne lui était pas possible de passer en un autre endroit) et en fit le blocus côté Terre Ferme, six mois durant, sans cesser un jour de la combattre. Les Vénitiens voulurent équiper leurs bateaux et prirent position derrière les pieux qu’ils avaient plantés et le roi Pépin voulut prendre position avec son armée le long de la côte.

Les Vénitiens l’assaillirent avec flèches et javelots et l’arrêtèrent dans sa tentative de passer vers l’île. Or le roi Pépin, en fin de compte, dit aux Vénitiens : « Vous êtes sous ma main et ma pronoia puisque vous êtes de mon pays et de mon domaine. » Mais les Vénitiens lui répondirent : « Nous voulons être les sujets de l’empereur des Romains et non de vous. » Puis, cependant comme ils avaient été longtemps gênés par tous les ennuis qui leur étaient arrivés, les Vénitiens firent un traité de paix avec le roi Pépin, acceptant de lui payer un tribut considérable. Mais jusqu’à présent le tribut est allé diminuant d’année en année bien qu’il soit encore payé actuellement. En effet, les Vénitiens paient à celui qui règne sur le royaume d’Italie, c’est-à-dire Pavie une rente annuelle de 36 livres d’argent non monnayé. Ainsi se termina la guerre entre Francs et Vénitiens.

Quand le peuple commença à s’enfuir vers Venise et à s’y grouper en nombre, ils proclamèrent comme doge celui qui surpassait tous les autres en noblesse. Le premier de leurs doges avait été désigné avant que le roi Pépin ne marche contre eux. À cette époque, la résidence du doge était un endroit appelé Tzivitanouva  » qui signifie « nouvelle cité ». Mais comme cette île susdite est toute proche de la Terre Ferme, d’un commun conseil, ils transférèrent la résidence du doge dans une autre île, où elle est actuellement car elle est éloignée de la Terre Ferme, à une distance telle que l’on puisse distinguer un homme sur le dos d’un cheval. »

Édition : Constantin Porphyrogénète, De administrando imperio. éd. Moravcsik et R. H. Jenkins, « Magyar Gôrod Tanulmaniok » t. 29, p. 116 sq. Budapest, 1949.Traduction : R. Braunstein, R. Delort, Venise, portrait historique d’une cité, Paris, Le Seuil, 1971, p. 30-34.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*