Les aveux de Regnaut de Valois, voleur parisien (1350)

Posté par sourcesmedievales le 5 juin 2008

xive.jpg« L’an et le vendredi [17 décembre 1350] cy devant diz, fu justiciés au gibet de Paris Regnaut de Valois, nez de Crespi en Valois, pour plusieurs bources et tasses qu’il confessa avoir coupées et widieez, en Parlement, devant les Requestes, au moustier Nostre Dame, à l’escole des dez el en pluseurs autres lieux et pour pluseurs roberies et larrecins qui cy après s’ensuivent:
Premierement confessa ledit Regnaut, sur les quarreaux ou Chastellet de Paris, par devant monseigneur P. Bellagent, maistre G. le Bescaut, maistre Pierre d’Orgement et maistre Mile de Vesines et tous hors de gehine, que en caresme derrenierement passé, ot un an, il se ostela à Paris en l’ostel à la Penne barré au bout de la rue de Sacalie Et y fu par l’espace de Vl sepmaines ou environ, par pluseurs journées, et par nuyt osta à la dame dudit hostel sa sainture de dessous son chevez et en osta une clef, elle dormant en son lit, de laquelle il deferma un coffre ouquel il print 120 florins d’or, c’est assavoir 98 escuz d’or du coing du roy, 20 escuz à l’aigle et 2 angelés. Et ce fait se devala à draps de lit par les fenestres dudit hostel. Dit qu’il est marié à une fille de Rebès [Rebais] en Brie, appellée Jehannette, qui fu fille Adam le Petit, maistre de ladite ville de Rebès. Et dit que tant comme il fu oudit hostel, il se disoit estre de Melun pour ce qu’il estoit de guerre contre l’abbé de Rebès. Et les despendi [dépensa cesflorins] à guerreer contre ledit abbé.
Item dit, sans gehine que, environ 4 mois a, il coupa, en l’escole du geu des tables, à Philippe du Buisson sa gibesière et une bource qui estoit dedanz, et en osta Vl s. en menue monnoie noire.
Item dit que, en la sepmaine qu’il coupa ladite gibesiere, il osta à un homme dont il ne scet le nom, 11 escuz de sa tasse et en ladite escole.
Item dit que, environ 10 jours a, osta à un homme dont il ne scet le nom, de sa tasse, aus Requestez du Palais, Vl escuz.

[Regnaut de Valois est condamné à être pendu. Mais le jour de son exécution, il éprouve le besoin d'avouer d'autres crimes, plus d'une quinzaine de vols].

 

Item confessa au gibet [...] qu’il avoit prins en une bource de soie d’un lombars, à l’escole des dez, environ demi an a, 6 escuz.
Item dit qu’il a prins en une bource d’un lombart un anel d’or qu’ il joua aus dez, à un sergent appellé Montargis pour 2 escuz, une sepmaine de caresme derrenierement passée, ot un an.
ltem dit qu’il a prins en la bource Robert Chauveau 7 escuz une sepmaine de caresme derrenierement passé, ot un an.
Item dit que, environ 15 jours a, il osta à un homme en Parlement 6 doublez d’or, duquel il ne scet le nom, et se seoit sur les sieges où l’en plaide.
Item dit que lundi derrenierement passé il print d’un autre homme 2 escuz esdiz sieges et par samblable maniere.
Item dit que, environ 3 ans a, il print en la huche Colin Durant de Senliz une sainture d’argent et une bource et environ 40 1. en monnoie. Et rendi monseigneur R. de Valois, moin de Rebez, son oncle, lesdiz joiaux et la value de l’argent.
Item dit que, environ 15 jours a, il print en la tasse d’un Calesien, en l’ostel du chancelier, un anel qu’il vendi à Huet l’Afineur 2 escuz et avec ce print en ladite tasse un saintuaire qui est cn sa tasse chez le geaulier.
Item dit que, à l’escole des dez, pieça un pou devant ce [un peu avant] que le roy mourust, il print d’un homme dont il ne scet le nom, 4 escuz en sa tasse.
Item dit que, environ un an a, il print environ 18 giez [jetons] d’argent en la tasse d’un homme dont il ne scet le nom.
Item dit que, environ 5 ans a, il demoura chez monseigneur Philippe de P[...], prieur de Corbeuil, son cousin germain, qu’il rompi un escrin d’un des moines de leans et y print 2 escuz et les rendi sondit cousin.
Item dit que, en la Verrerie, environ 3 ans a, il, à l’escole des dez encosté la maison Enguerran du Petitcelier, print en la bource d’un Gennevois un sachet où il avoit 50 escuz dont il y ot 12 ou 13 [florins de] Florence.
Item dit que, environ un mois a, il osta de la tasse d’un escuier en la chapelle du roy à Neelle, 4 escuz.
Item dit que, le jour de la Conception Nostre Dame, il print ou moustier de Nostre Dame, en la tasse d’un escuier, 2 escuz.
Item dit que, par 3 foiz, il voida bources à l’escole des dez, à Paris, à pluseurs personncs qu’il ne congnoit. Et en coupa aucunes où il avoit, en l’une 10 s, 7 s., 6 s. en menue monnoie, en l’une plus, en l’autre moins, environ un an a
llem dit qu’il se herberga de droit propos à la Chapelle soulx Senliz, en l’ostel Oudart le Doyen, en esperance de rober. Et roba pluseurs marchans ostez qui y venoient tant qu’il ot bien 30 florins dont il ot de l’un 16 florins 10s en noire monnoie. Et demoura en ladite Chapelle, de Noel derrenierement passé jusques à Pasques.
Item dit que quant on fist charivary de la famme de Quinquenpoit, il print en la bource d’un lombart 10 escuz à l’aigle et un seau d’argent et la chesne avecques, qu’il fondi en argent. Et le vendi 31 s. parisis.
Item dit que nulle personne du monde ne scet riens de ses faiz, fors que lui mesmes. Et a tout despendu ce que dessus est dit. »

M. Langlois, Y. Lanhers, Confessions et jugements de criminels au Parlement de Paris (1319-1350), Paris, 1971, p. 185-188 ; B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600), Paris, 1980, p. 29-31.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*