• Accueil
  • > Byzance
  • > La ville d’Alexandrie d’Egypte, par Guillaume de Tyr

La ville d’Alexandrie d’Egypte, par Guillaume de Tyr

Posté par sourcesmedievales le 2 mai 2008

byzance.jpg« De la noblesse de la cité d’Alixandre.
Alixandre est la darreniere citez de toute Egypte envers soleil couchant et regarde vers la terre de Libe. De l’une part de la cité sont les terres gaaignables bonnes et plenteives; de l’autre part n’a se deserz non qui sont Si ars de la chaleur du souleil que riens n’i puet croistre. Si come les anciennes estoires dient, li granz Alixandres, qui fu filz le roi de Macedoine, fonda cele cité et l’apela einsi de son nom. Elle siet auques près de la bouche du Nil et seut estre apelée ancienement Canopicon; mès elle a ore non comunement Ressith. Li fluns est bien Ioinz de la ville V. miles ou VI.; neque dent, quant il est Si parcréuz que les rives sont bien pleines, unz granz ruz en cort parmi la ville. Les genz ont apareilliées leur cisternes larges et netes qui sontfetes à ce qu’ils reçoivent tant de cele eaue com il leur en covient atout l’an. Conduiz meismes i a-il, fez par desouz terre, par que li ruissel du flun s’en vienent par les jardins qui sont hors de la cité, et les arosent; Si qu’il i croist assez herbes et fruit.

La ville est mout bien assise por marcheandises recevoir. Il i a .II. porz de mer. Une langue de terre s’estent jusqu’en la mer qui desevre ces deus porz. Au chief de cele langue a une tor fort et mout haute qui est appelée Faros. Julius Cesar la fist faire,et fu establi que toute la terre d’Egypte seroit gaaignage aus Romains, et que il n’i auroit point de roi. Des parties d’Egypte qui sont desus viennent en la ville par le flun granz plentez de toutes viandes. Des terres meismes qui sont outre la mer viennent les nés sovent chargiées de toutes marchéandises qui mestier ont en Alixandre; par itieus choses est la citez mout plenteïve. Por desus ce, des deus terres qui ont non Ynde et Arabe, des deus Ethiopes, de Perse et des autres contrées qui sont vers le Levant, aportent en la ville le poivre et toutes manières d’espices, oignemenz et lectuaires, pierres précieuses et dras de soie, et pluseurs choses qui viennent par la Mer Rouge jusqu’à une cité que l’en apele Aideb et siet sur le rivage de la mer; d’iluec s’en vient tout droit en Alixandre. Par ceste raison icele citez est aussi come li marchiez entre Orient et Ocident, Si que tuit li marcheant qui en Alixandre viennent truevent iluec à vendre les choses de que l’en a mestier en leur pais, et se delivrent tantost de ce qu’il ont aporté.

Iluec fu li sieges monseigneur saint Marc l’évangéliste qui là fust envoiez por convertir le pueple à la foi Jhesuscrist. Patriarche en furent après, sainz Athanaises, qui fist Quicumque vult, et messires sainz Cirilles : encore i perent leur sepoutures. Cele citez tient le secont leu entre les quatre patriarchez; et li doivent obéir les églises d’Egypte, de Libe, de la région des cinq citez qui es apelée Pentapolis, et des autres terres qui là entor sont.

Noz genz firent venir là grant navie et firent Si garder de toutes parz les entrées et les issues de la ville que l’en n’i pooit rien metre ne oster sanz leur congié. »

Guillaume de Tyr, Histoire, IX, éd. P. Paris, 2, p. 298-299.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*