Déforestations de Pierre IV d’Aragon (1380)

Posté par sourcesmedievales le 30 avril 2008

xive.jpgDocument proposé par Sandrine Victor (ater, université d’Albi)

« Pierre [roi d’Aragon] à nos aimés et fidèles vice-gérants du gouverneur dans les comtés de Roussillon et de Cerdagne, ou à son lieutenant, et à Pierre de Villanova de notre maison, salut et dilection. Naguère- c’est- à- dire avant les très grandes épidémies qui sévirent par toute la terre en l’an du Seigneur 1348- s’est introduit dans le comté de Roussillon une coutume, ou un usage, qui y a été observé et l’est encore maintenant, suivant lequel nul n’osait- et nul, effectivement n’a osé- arracher ou couper dans les bois ou les montagnes les arbres appelés « olzina » (chênes), « coscolla » (chênes verts) et « lantiscla » (lentisques). La raison d’être de cette coutume était qu’avant les épidémies, les habitants desdits comtés mettaient en culture toute la surface des montagnes et des terres, et, en conséquence, conservaient ces arbres à l’usage du gros et du petit bétail, dont il y avait alors grande abondance, et qui y paissait. Mais maintenant cette raison d’être n’existe plus. En effet, un grand nombre d’habitants dudit comté, les épidémies à peine passées, périssent d’une seconde mort parce que, le bétail étant réduit à un petit nombre- compte tenu de ce qu’il était avant les très grandes épidémies- les bois dans les montagnes sont devenus tellement compacts, par la faute des arbres dont il a été fait mention et d’autres encore, que l’accès en est rendu impossible au bétail qui, ne pouvant y brouter les plantes sauvages, va dévorant de fond en comble les blés et les raisins des terres environnantes.

C’est pourquoi nous avons été émus par ces faits et d’autres, du bien fondé et de la justesse desquels vous vous informerez. Et si, information faite, vous trouvez qu’il est tout à fait utile au gouvernement dudit comté que ces arbres soient coupés ou arrachés de terre et que des racines de l’arbre appelé « coscoll » (chêne vert) soit fait ou puisse être fait un tanin apte à traiter les cuirs, ou à tout autre usage, comme ont coutume de le faire dans les terres et les bois de cette région ceux qui y arrachent les arbres de cette sorte, concédez aux personnes que vous voudrez et pour la somme qu’il vous semblera bon, l’autorisation et la licence de couper ou d’arracher ces arbres. Sur ces points, vous pouvez concéder et signer des ordonnances, chartes et lettres, en notre nom : nous promettons de les agréer et maintenir et, dès maintenant et pour l’avenir, nous les tenons pour bonnes, les approuvons et en confirmons les dispositions, vous commettant à notre place par les présentes, avec pleins pouvoirs, pour tout ce qui précède, dans l’ensemble et dans le détail, et pour tout ce qui en dépend. Nous mandons à tous nos officiers et à chacun d’eux, ou à leurs lieutenants, qu’ils tiennent pour bons et établis les concessions et autres actes qui seront donnés par vous sur ce qui précède, qu’ils les maintiennent et observent et les fassent observer, et n’y contreviennent pas, ni ne permettent à quiconque d’y contrevenir, pour quelque raison que ce soit. La recette de l’argent qui proviendra de ce qui précède, nous la confions audit Pierre de Villanova, qui en délivrera reçu, lorsque vous le lui remettrez.

Donné à Saragosse, le vingtième jour de novembre, l’an de la nativité du Seigneur 1380.
Narcisus Promotor.
Ferrasius Bisbals, par ordre royal donné par le lieutenant du trésorier. Pro. »

A. Lopez de Meneses, Documentos acerca de la pesta negra en los diminios de la Corona de Aragón, Saragossa, 1956, n°155.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*