Les Vikings dans la vallée de la Seine (841-855)

Posté par sourcesmedievales le 13 avril 2008

ve.jpg« L’an de l’Incarnation du seigneur 841, le 12 mai, les Normands arrivèrent avec leur chef Oscherus. Le 14 mai, ils incendièrent la ville de Rouen, le 16 mai, ils la quittèrent. Le 24 mai, ils brûlèrent le monastère de Jumièges. Le 25 celui de Fontenelle fut exempté de pillage moyennant une somme de six livres. Le 28 mai, arrivèrent les moines de Saint-Denis qui rachetèrent soixante-huit captifs contre une rançon de 26 livres. Le 31 mai, les païens reprirent la mer. Un vassal royal, Vulfardus, se porta contre eux avec une troupe, mais les païens ne cherchèrent nullement à combattre…

Vers le même temps (automne 851), la flotte des Normands pénétra dans la Seine, le 13 octobre, sous leur chef Hoseri qui, quelques années plus tôt, avait dévasté et brûlé la ville de Rouen, c’est-à-dire en l’an de l’Incarnation du Seigneur 841, et avait, pendant onze ans, vécu de pillage en beaucoup de régions, notamment à Bordeaux, ville très forte et chef-lieu de la Novempopulanie, d’où il venait alors. Ils s’attaquèrent d’abord au monastère de Fontenelle, dévastant tous ses biens. Puis, enfin, quatre-vingt neuf jours après leur entrée en Seine, le 9 janvier (852), ils l’incendièrent de fond en comble, deux cent dix-huit ans un mois et treize jours après sa fondation. Ils brûlèrent. Ils brûlèrent vers le même temps la ville de Beauvais et le monastère de Fly. Comme ils en revenaient, les Francs les rejoignirent au lieu appelé Vardes, et en tuèrent un grand nombre ; les autres se cachèrent dans les bois et ainsi certains purent regagner leurs vaisseaux. Ils demeurèrent dans la Seine depuis le 13 octobre jusqu’au 5 juin, pendant deux cent quatre-vingt-sept jours.
Les régions voisines de la Seine témoignent que, depuis l’origine des nations, jamais on n’entendit parler dans ces contrées d’une telle extermination.
Ils en firent tant qu’aucun chroniqueur prudent ne pourrait venir à bout de le dire ; aussi ai-je passé sous silence beaucoup de choses, n’ayant voulu composer qu’une brève narration… .

L’an 855, troisième de l’indiction, le 18 juillet, une très grande flotte danoise, sous le commandement du même Sydroc, envahit la Seine et chercha à s’avancer jusqu’à la place de Pitres, appelée du nom de Petremamulum. Ensuite, au bout de trente-trois jours, c’est-à-dire le 17 août, le Normand Berno entra dans le fleuve avec une flotte puissante. Puis, ayant fait leur jonction, ils firent jusqu’à la forêt du Perche toutes sortes de ravages et de destructions. En cet endroit, le roi Charles et son armée les rencontrèrent et leur infligèrent une très grave défaite. »

Annales Fontanellenses priores, trad. M. De Bouard, Documents de l’histoire de la Normandie, Toulouse, 1972, p. 68-69.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*