Le baptême de Clovis selon Saint-Waast (ca 496)

Posté par sourcesmedievales le 8 avril 2008

ve.jpg« Comme donc le célèbre roi des Francs, Clovis, habile en toute action, régnait alors sur les Francs, vint l’époque où il s’apprêtait, au milieu des incendies guerriers, à se battre contre le féroce peuple alaman. Là où virent les deux armées, et comme s’il n’avait pas eu l’ennemi en face de lui, il aurait voulu traverser le fleuve du Rhin, et dès lors les formations en coin des deux ennemis se firent face. Les Francs aussi bien que les Alamans, ayant engagé le combat, en vinrent à un carnage mutuel au point qu’une violente terreur opprimait le cœur de Clovis, au point qu’il cherchait à s’obliger par serment pour trouver dans son horrible anxiété une fin à ce combat furieux. Lorsqu’il s’aperçut que les siens étaient écrasés presque jusqu’à l’extermination, l’esprit comme exalté par l’aide divine, les yeux tournés vers le ciel, il se dressa : « Dieu unique pour le pouvoir et la majesté, dit-il, toi que Clothilde , celle qui vit à mes côtés, confesse et qui ne cesse de te supplier nuit et jour par une humble prière, toi, accorde-moi la victoire aujourd’hui sur mes ennemis, pour que moi je t’adore et te tienne par la foi de mon cœur ». Comme il frappait ainsi l’auteur de ce monde par des prières de ce type, voici qu’enfin l’ennemi, en tournant le dos, accorda la victoire à Clovis. Ensuite, victorieux, il commença à mettre les Alamans avec leur roi en sa domination, et, triomphant, impatient de retourner dans sa patrie, il arriva à l’oppidum de Toul.


Comme déjà il retenait son désir de se réfugier rapidement dans la grâce du baptême, en s’informant, il trouva là le bienheureux Vaast qui vivait sous le signe de la vie religieuse ; et bientôt il se l’adjoignit en route. Comme ils cheminaient de concert, ils arrivèrent un jour dans le pays de Voncq, en un lieu dénommé Grandpont, près du domaine de Rilly-aux-Oies, sur le fleuve de l’Aisne. Rencontrant un aveugle condamné à la perte de la lumière depuis de nombreuses années, il demanda au bienheureux Vaast de lui accorder son aide à cause de son immense piété, afin qu’il puisse récupérer la lumière dont il manquait, sur sa propre demande. Celui-ci, confiant dans la miséricorde de Dieu, leva la main droite sur les yeux de l’aveugle et lui imposa le signe de la croix. Aussitôt il retrouva la lumière des yeux. Et, à cet endroit, on voit une basilique construite par les mêmes chrétiens, où de nombreux miracles ont lieu en son honneur. De là il parvint à la ville de Reims auprès de l’évêque Rémi qui dirigeait alors le siège épiscopal. Là il demeura jusqu’à ce que, Clovis ayant professé sa foi en la Trinité sacrée, reçut la grâce du baptême. Puis le roi partit, recommanda le susdit Vaast au bienheureux Rémi et revint victorieux dans sa patrie. Comme la renommée était déjà célèbre dans la susdite ville de Reims et que le bienheureux Rémi s’efforçait de l’élever vers le culte d’adoration, il décida de le faire évêque de la ville d’Arras, où il prendrait soin d’attirer peu à peu par ses excellents conseils et son enseignement le peuple des Francs vers la grâce du baptême. Après avoir reçu la charge de la chaire du pontificat, il arriva dans la ville d’Arras. […] Il parvint donc à entrer dans l’église [cathédrale], il la trouva abandonnée et oubliée par la négligence des citoyens et des païens, remplie de ronces abondantes, salie par le fumier des bêtes qui en avaient fait leur habitat. »

Vita Vedastis, episcopi Atrebatensis, traduction M. Rouche, Clovis, histoire et mémoire, Paris, 1997, p. 555-557.

11 Réponses à “Le baptême de Clovis selon Saint-Waast (ca 496)”

1 2
  1. souyris dit :

    je suis en licence d’histoire et j’aurai besoin d’aide pour ce texte. je n’arrive pas à trouver de problèmatique qui prend en compte les différents éléments de ce texte. merci

  2. Sources Médievales dit :

    Bonjour. L’épisode est célèbre mais reste mal connu, sans grande documentation et avec une date exacte imprécise. Au delà de l’acte, il faudrait que vous vous penchiez sur l’importance/portée politique. Une approche autour des étapes de ce baptême – l’étude du texte – puis la portée de baptême – portée politique et mythe – serait intéressante. Je vous conseille de lire :

    - M. Rouche (dir.), Clovis, histoire et mémoire, 2 volumes, Paris, 1997.
    - L. Theis, Clovis, de l’histoire au mythe, Paris, 1996.

    Des articles aussi :

    - S. Lebecq, « Clovis, le premier roi chrétien », L’Histoire, 184 (janvier 1995), p. 40-46.
    - P. Riché, « La légende de Clovis », L’Histoire, 202 (septembre 1996), p. 54-57.
    - M. Rouche, « Clovis », L’Histoire, 23 (mai 1980), p. 36-44.
    - M. Sot, « Le baptême de Clovis », L’Histoire, 135 (mai 1990), p. 10-16.

  3. souyris dit :

    je vous remercie. j’ai en ma possession les deux livres que vous m’avez indiqué.j’avais pensé comme problèmatique pour lier saint vaast et clovis:au delà de la vie d’un saint que l’auteur célèbre, qu’est-ce que ce texte nous apprend sur les actions personnelles de clovis? avec tout d’abord, le choix personnel et mûrement réfléchi de se convertir et ensuite le choix de recommander vaast à rémi. J’avais pensé à la portée de ce bapthème mais rien n’est dit dans ce texte par raport à ceci, et je dois faire un commentaire sur ce texte. Je ne sais pas qu’est-ce que vous en pensez. merci

  4. Sources Médievales dit :

    Bonjour, ce que vous proposez est en fait un commentaire autour de la cérémonie. Même si le texte ne dit rien directement et publiquement sur la portée de l’acte, on ne peut l’occulter. Voici un plan, proposé par un de mes étudiants, qui était assez séduisant, travaillant le texte et ouvrant sur sa portée et sur l’image mythique autour de ce baptême :

    1. Les étapes du baptême
    1.1. Le contexte guerrier, religieux et politique
    1.2. Une cérémonie minutieusement préparée
    2. La portée de ce baptême et les mythes
    2.1. La portée politique
    2.2. Le mythe et son application

    Bon travail à vous.

  5. deb et jo dit :

    Bonjours, nous sommes en première année de droit et dans le cadre du cour d’histoire des institutions nous avons à étudier un texte sur le baptême de Clovis. Celui ci s’intitule « lettre de l’évêque Avit de Vienne au Roi Clovis »(éd.PEIPER,MGH,AA. t.V12 p.75; trad. P.RICHET, Text. et doc., I, p.89-90).
    Nous n’arrivons pas à trouver une problématique qui serai en mesure d’englober tous les éléments du texte. Bref, besoin d’aide!

  6. Bonjour,

    Sans le texte, difficile de vous apporter une aide. Vous pouvez me l’envoyer en utilisant la zone des commentaire de cet article.
    Bonne journée,
    Le modérateur

  7. Anonyme dit :

    cest pa mal

  8. Anonyme dit :

    j aime bien ce texte .

  9. Anonyme dit :

    il et neé en 481 et il est mort en 511

  10. Gérard MALA dit :

    Je suis originaire du village de Semuy, entre Rilly et Voncq, où se trouvait le gué sur l’Aisne de la voie romaine allant de Reims à Trèves. C’est là que Saint-Vast aurait accompli son miracle (rendre la vue à un aveugle), en présence de Clovis qu’il accompagnait à Reims pour se faire baptiser. Le gué se trouve au lieudit « Vieux Pont », et les traces de la voie romaine y sont bien visibles. Il y a encore la base en pierre d’un crucifix, et les berges de l’Aisne sont empierrées.
    Les écrits de St-Vast corroborent ces faits.
    Le village de Semuy serait lié à la création d’une abbaye commémorative du miracle. Le nom viendrait des « sept muids » de blé accordés à l’abbaye comme rente annuelle.
    Y a-t-il des gens qui auraient d’autres sources d’explication ???

1 2

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*