Le pouvoir royal dans les coutumes du Beauvaisis (1285)

Posté par sourcesmedievales le 7 avril 2008

occident.jpg« […] Pour ce que nous parlons en cest livre en plusieurs lieus du souverain et de ce qu’il puet et doit fere, li aucun pourroient entendre pour ce nous ne nommons ne comte ne duc, que ce fust du roi ; mes en tous les lieus la ou li rois n’est pas nommés, nous entendons de ceus qui tienent en baronie, car chascuns barons est souverains en sa baronie. Voirs est que li rois est souverains par dessus tous et a de son droit la general garde de tout son roiaume, par quoi il puet fere teus establissemens comme il li plest pour le commun pourfit, et ce qu’il establist doit estre tenu. Et si n’i a nul si grant dessous li qui ne puist estre tres en sa court pour defaute de droit ou pour faus jugement et pour tous les cas qui touchent le roi.. Et pour ce qu’il est souverains par desseur tous, nous le nommons quant nous parlons d’aucune souveraineté qui a li apartient.

[…] Nul ne puet fere nouvel establissement liqueus ne doie courre pour droit, ne nouveaus marchiés, ne nouveles coustumes, fors que li rois ou roiaume de France, fors ou tans de necessité, car chascuns barons ou tans de necessité puet fere metre avant les denrees de ses sougiés, si comme nous avons dit dessus ; mes il ne pueent pas fere nouveaus marchiés, ne nouveles coustumes sans le congié du roi. Mes li rois ne puet bien fere quant il li plest, et quant il voit que c’est li commun pourfis, si comme l’en voit toute jour que li rois donne nouvele coustume a aucunes viles ou a aucuns barons qui sont a li ou de ses sougiés, si comme pour refere pons, ou chauciees, ou moustiers, ou aucuns autres aaisemens communs : en teus cas puet fere li rois, et autres que li rois non.

[…] L’en doit savoir que, se li rois fet aucun establissement nouvel pour le commun pourfit, qu’il ne grieve pas as choses qui sont fetes du tans passé ne as choses qui avienent dusques a tant que li establissemens est commandés à tenir. Mes puis qu’il est puepliés, l’en le doit tenir fermement en la maniere qu’il est commandés, ou a tous jours ou dusques a terme. Et quiconques va contre l’establissement il chiet en l’amende qui est establie par le roi ou par son conseil ; car quant il fet les establissemens, il tausse l’amende de ceus qui contre l’establissement iront. Et chascuns barons et autres qui ont justices en leur terre ont les amendes de leurs sougiés qui enfraignent les establissemens, selonc la taussacion que li rois fist ; mes c’est a entendre quant il font tenir en leur terre l’establissement le roi, car s’il en sont rebelle ou negligent et li rois, par leur defaute, i met la main, il en puet lever les amendes.

[…] Tout soit il ainsi que li rois puist fere nouveaux establissemens, il doit mout prendre garde qu’il les face par resnable cause et pour le commun pourfit et par grant conseil, et especiaument qu’il ne soit pas fet contre Dieu ne contre bonnes muers ; car s’il le fesoit, laquele chose ne sera a se Dieu plest, ne le devroient pas si sougiet soufrir pour ce que chascuns par dessus toutes choses doit amer et douter Dieu de tout son cuer et pour l’honneur de sainte Église, et après, son seigneur terrien. Si doit chascuns fere ce qui apartient eu commandement de Nostre Seigneur en esperance d’avoir le guerredon des biens celestiens et, après, obéir au seigneur terrien selonc ce que l’en doit fere pour les possessions temporeus. »

Philippe de Beaumanoir, Coutumes du Beauvaisis ; éd. A. Salmon, Paris, 1900, II, p. 23-24, 262-265.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*