Les Bougres du Nord de la France

Posté par sourcesmedievales le 6 avril 2008

concile.jpg« Ces renardeaux sont ceux que Samson rassembla par la queue, pour qu’ils incendient les moissons des étrangers, et qui étaient réunis par le derrière, car ils avaient des faces différentes. Car les hérétiques, qui sont symbolisés par les renards, sont unis par leurs derrières, c’est-à-dire par les absurdités de leur erreur, absurdités par lesquelles ils incendient les moissons, c’est-à-dire les âmes fidèles, du feu de leur perversité, mais, ayant des faces variées, c’est-à-dire diverses sectes de leur erreur, ils se réfutent eux-mêmes. Ils déchirent la tunique sans couture du Seigneur Dieu, c’est-à-dire l’unité de l’Église et, en se battant entre eux, ils font la victoire de l’Église. Pour cela donc, pour que toute la fourberie de tous ces gens soit confondue et réfutée, il faut d’abord noter distinctement tous leurs points et positions. […] Premièrement ils affirment que le baptême ne sauve pas les petits enfants et que la confession des péchés est sans valeur et ne profite pas à qui se confesse. Pour ce qui est des non-parfaits, ils jugent qu’ils doivent se livrer pêle-mêle à la luxure et ainsi ils méprisent le sacrement du mariage.

Ils disent que les ordres sacrés ne sont pas une institution divine, mais humaine ; ainsi ils ne croient pas que les prêtres ou les évêques ont le pouvoir de lier ou délier, et donc que personne ne doit obéir aux prélats de la sainte Église, à ce qu’ils enseignent.

Ils disent, ces créatures du diable, que la célébration de l’Eucharistie est une œuvre du diable. Pour eux, la résurrection des corps n’est rien, mais ils croient cependant à l’éternité des âmes. Ce qui veille chez eux, c’est la perversité de Vigilance, à savoir qu’ils se font gloire d’ignorer en cette vie les âmes des saints et de tenir pour oiseuses les larmes avec lesquelles nous prions les saints pour qu’ils prient pour nous.
Ils affirment, à la suite de Mani et de ses complices, que Dieu n’a rien fait qui ne soit transitoire et caduc. Le soleil, la lune et tous les astres et les quatre éléments, ils disent sottement qu’ils furent fabriqués par celui qui a dit : « je monterai au ciel et poserai mon trône à l’aquilon, etc… » (Saint Augustin), et pour passer vite là-dessus, ils enseignent avec impudence qu’il existe deux principes des choses.
Ils n’admettent en rien l’Ancien Testament, affirmant que le diable est celui qui a donné la Loi de Moïse. Parmi les complices d’un dogme aussi pervers, il en est certains qui se nomment parfaits, qui imposent les mains aux autres et racontent qu’ils donnent ainsi le Saint-Esprit.
Ces mauvais donneurs de l’Esprit, pour que l’on croie qu’ils disent la vérité, disent toujours en parlant « oui ou non » et ils ne forceraient personne à prêter serment : même si on les poursuivait en justice sur la foi, ils n’affirmeraient pas sous serment que leur croyance est orthodoxe.
Ils prient, pour ainsi dire, en fléchissant les genoux en présence de leurs croyants, en murmurant je ne sais quoi entre les lèvres ; ils adorent à haute voix le Père, le Fils et le Saint-Esprit en proférant le Pater noster.
Ils ne mangent ni viande ni œufs ni fromages ; ils se font gloire de vivre magnifiquement de légumes préparés à l’huile et au poivre, de toutes sortes de poissons, de bonnes salaisons et de fruits. Ils boivent des vins fins, des vins forts, haïssant tellement le baptême qu’ils ne veulent pas baptiser leur vin avec de l’eau.
Ils se cachent en vêtements laïques, marchant d’un air simple pour tromper ainsi les gens simples, pour qu’eux, les loups, soient pris pour des agneaux et pour pouvoir perdre plus facilement […]. »

Trad. de B. Delmaire, « Un sermon arrageois inédit sur les Bougres du Nord de la France (vers 1200) », Heresis, 17, 1991, p. 1-15.

Laisser un commentaire

 

lesjournalistes |
Carnet de voyage |
Espace d'un enseignant-appr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luna la lunatique dans la lune
| maman89
| *~~ Lili ~~*